Tribune

C’est un cri de colère qui nous envahit et cette colère qui n’a cessé de monter en nous depuis un certains temps doit s’exprimer. Trop c’est trop. Encore une fois, avec ce énième rapport du préfet Dominique Ceaux intitulé « Aux Harkis la France Reconnaissante », et ses 56 propositions nous l’avons eu dans le baba. Ali Baba et les 40 voleurs sont de retour. Dans les 40 voleurs, il y a beaucoup de présidents d’associations qui depuis plus de 40 ans n’ont cessé de se comporter comme des caïds de l’empire colonial et de jouer les sous-fifres du gouvernement en s’abaissant pour de menues rétributions à salir la Mémoire de nos Pères et de nos Mères en nous laissant vivre dans des taudis d’hlm délabrés envahis par les rats et les cafards, et habillés des vêtements de la croix rouge donnés pour les réfugiés encore portés 20 ans après l’arrivée de nos Parents sur le sol de France, celle que Charles de Gaulle voulait garder pour les Français bien Blancs et Catholiques et sans qu’il n’y ait un seul Arabe, fut-ce t’il Harki, qui vienne s’installer lui et sa famille dans son joli petit village de Colombay-les-Deux-églises. Et dans ce méandre de ces 56 propositions, qui ne sont en fait que des mesurettes, se trouve notre nouvel interlocuteur administrateur et gouverneur de nos vies et de nos maigres biens, j’ai cité l’ONAC.VG. Cette structure qui depuis qu’elle en a charge les Harkis, ne fait que brasser du vent et ne nous sert à rien ni nous ni nos intérêts mais qui ne sert que elle-même celle des fonctionnaires qui y « travaillent », en se tournant les pouces toute la journée. Preuve en est, le dossier d’indemnisations ne sera pas envoyé à chaque Famille Harkie, il faudra aller le chercher si vous en avez eu connaissance et sinon il restera dans les tiroirs du bureau de votre Onac départemental car pour le plus grand bonheur des ces fonctionnaires si prompts à ne pas faire valoir nos droits, cela leur fera du travail en moins à faire au service des Indigènes de la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *