Les Associations Amies

Samedi 17 Décembre 2019

Saint-Laurent-des-Arbres (30) les Harkis rendent hommages à leurs «Justes»

Samedi, lors du colloque de la Coordination harka, à Saint-Laurent-des-Arbres (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La Coordination harka organisait ce samedi soir à Saint-Laurent-des-Arbres un colloque sur ceux qu’ils présentent comme leurs « Justes », comprendre qu’ils ont sauvé des Harkis, parfois clandestinement, après le cessez-le-feu de la guerre d’Algérie.

C’est un aspect méconnu de l’histoire tourmentée des Harkis que la Coordination harka a voulu mettre en lumière dans cette commune symbolique, celle du camp de Saint-Maurice l’Ardoise, dans lequel des centaines de Harkis ont été concentrés après leur rapatriement sur le sol français. L’histoire de ces « Justes », comme la Coordination les présente, « qui ont aidé au rapatriement, accueilli ou aidé au risque de leur vie des Harkis», lance l’historienne Fatima Besnaci-Lancou.

Des personnes, notamment des militaires, qui ont contribué à sauver des vies. « Le soir même du 18 mars 1962, avant même le cessez-le-feu, on a commencé à tuer des Harkis, et les massacres ont commencé le 20 mars », rappelle l’historienne. Pendant ce temps, la France laissait ces hommes qui avaient choisi de lutter pour l’Algérie française et leurs familles « dans l’abandon », estime Fatima Besnaci-Lancou, « avec un plan de rapatriement alibi, très restrictif. »

Trois « Justes » mis à l’honneur

Dans ce contexte, certains se sont élevés pour sauver les Harkis. Trois d’entre eux étaient présents : Jacques Vogelweith, qui était à la fin de la guerre d’Algérie sous-lieutenant au 152e RIM, et qui a oeuvré pour aider les familles de Harkis du camp de Zéralda, et Hugues Robert, fils du sous-préfet d’Abkou en Algérie, Jean-Marie Robert, qui a désobéi à sa hiérarchie pour sauver des familles de Harkis en contribuant au rapatriement de 250 d’entre eux. Le troisième, Vincent Zaragoza, était à la fin de la guerre sous-lieutenant dans l’armée coloniale, et a participé à plusieurs opérations de sauvetage de Harkis entre avril et août 1963.

Des « opérations colis », comme elles étaient appelées à l’époque, que ce fils de réfugiés espagnols, passé par le camp de Rivesaltes comme nombre de Harkis après lui, a accepté « volontiers », dit-il, malgré le risque. « J’ai été contacté par un capitaine-major pour aller récupérer des familles de Harkis dans le Djebel », retrace-t-il. Il n’avait pour seule information que le lieu et l’heure du rendez-vous avec ses « colis », qu’il partait récupérer à la nuit tombée pour les ramener à Oran.

Le tout dans le plus grande clandestinité : « II était terriblement illégal de circuler sur le territoire de l’Algérie indépendante », rappelle-t-il, lui qui affirme avoir réalisé « une dizaine » de ces opérations. Des opérations qui prendront fin en août 1963 avec la mutation de son capitaine-major, son seul contact, mais il se dit « convaincu qu’à travers l’Algérie, de nombreux militaires ont fait comme (lui). »  Une histoire qu’il a longtemps reléguée « dans les oubliettes », dit-il, avant de se raviser, estimant avoir « une obligation de devoir de mémoire », plus d’un demi-siècle plus tard.

Thierry ALLARD

17/12/2019 

Mohamed Djafour court pour les Harkis, au Trail de la Passerelle Mazamet-L’Aussillon (81) – le 4 Octobre 2019

Mohamed DJAFOUR

Tout d’abord je remercier les élus des villes de Mazamet et Aussillon pour cette belle organisation sportive qui me donne l’occasion de m’exprimer une fois de plus sur notre drame.

Je remercie chaleureusement Monsieur Olivier Fabre maire de Mazamet et son Conseil Municipal pour leurs aides dans certaines de nos actions organisées dans cette ville. Je remercie également l’organisateur de cette course, monsieur HYZY, pour sa bienveillance et sa volonté à nous faciliter les démarches relatives au Trail de la passerelle, et de me permettre ainsi, dans la continuité de notre combat, de courir encore aujourd’hui pour le drame des Harkis qui ont subi la plus grande trahison de l’histoire.

Je remercie enfin, toute l’équipe qui m’accompagne depuis le début et grâce à qui tout le déroulement de cette course s’est bien passé. Sans oublier le jeune Samir, petit fils de Harki qui viendra faire la prochaine course, au mois de mars, avec le même message.  

Je fais un bref rappel sur ce crime contre l’humanité subi par cette couche de population Française :

En effet, au lendemain de la guerre d’Algérie les Harkis ont été désarmés et livrés à l’ennemi par leurs propres chefs, le général de Gaulle et son gouvernement. Ils ont été vendus à l’ennemi lors des accords d’Evian le 19 mars 1962. Les télégrammes du 12 et du 16 mai 1962, respectivement de monsieur Pierre Messmer ministre des Armés et de monsieur Louis Joxe ministre des affaires Algériennes sont des preuves indélébiles et indiscutables.

Pourtant, la plupart de ces soldats Harkis ont participé à la 2eme guerre mondiale et à la guerre d’Indochine avant de prendre à nouveau les armes pour défendre la mère patrie pendant la guerre d’Algérie.

A la suite de cette trahison unique sur la surface du globe, 150.000 Harkis et leurs familles furent massacrés, égorgés, lynchés sur la place publique aux yeux du monde entier.

Depuis 1962, aucun gouvernement qu’il soit de gauche ou de droite n’a eu le courage de traiter définitivement ce dossier épineux.et honteux pour notre nation.

Pourtant les Harkis sont des patriotes qui sont encore prêts à verser leur sang pour maintenir haut nos trois couleurs qui sont les bleu, blanc, rouge.

Or, aujourd’hui encore, soit près de 60 ans après la fin de cette guerre fratricide, les Harkis sont toujours entre le marteau et l’enclume. Le mot HARKI est devenu désormais synonyme de traître et est utilisé même par certains de nos propres dirigeants dans leurs conflits internes.

Nous espérons enfin, que le candidat Macron qui a pris des engagements envers les Harkis lors de sa campagne présidentielle, fera plus que ses prédécesseurs qui sont restés dans des discours purement déclaratifs.

Nous espérons qu’il sera le Président qui changera l’histoire des Harkis par une loi de reconnaissance et de réparation de notre tragédie connue et reconnue dans le monde entier. Son nom sera alors gravé dans l’histoire de France comme celui qui aura rendu justice aux Harkis.                                                                                                                         Mohamed Djafour

Association « Générations Harkis » (81)

UNE PREMIERE…UNE PREMIERE…UNE PREMIERE…
Une première dans nos actions en justice contre l’état:
Le 14 mai prochain un Harki de la première génération passera en audience au T.A de Seine et Marne. Ce Harki âgé de 87 ans a vécu l’enfer autant en Algérie qu’en France. Sa famille a vécu un drame humain inqualifiable en France. Son dossier est un cauchemard à lire. Toute sa vie a été une galère incroyable … J’attends avec impatience de voir la décision qui va être prise à son égard par le Tribunal Administratif.
vont-ils reconnaître ses souffrances et tous les préjudices subis ou bien serions nous toujours dans la continuité du mépris et de l’ignorance délibérée de notre tragédie engendrée par la plus grande trahison de l’histoire, qui est le désarmement et l’abandon des Harkis aux mains de l’ennemi au lendemain de la guerre d’Algerie ???
Qui vivra verra…

Pour information l’audience du TGI d’Aix-en-Provence est à nouveau reportée à une date ultérieure.

RAPPEL…RAPPEL…RAPPEL…RAPPEL
Chers amis, chers compatriotes,
L’association « Générations Harkis » vous rappelle l’audience du 25 avril à 14h00 au Tribunal de Grande Instance d’Aix en Provence, dans l’affaire des insultes présumées de Richard Ferrand.
Notre adhérente Nora Forté a porté cette affaire d’insultes présumées aux Harkis devant les tribunaux. Nous la félicitons pour son courage et son abnégation à défendre notre dignité à tous, qui, une fois de plus a été bafouée. Nous vous proposons de soutenir Nora par votre présence au TGI d’Aix en Provence demain jeudi 25 avril à 14h00.
Merci à toutes et à tous.

Camps de Jouques du Logis d’Anne

Président des Harkis du Pays d’Aix : Slimane DJERA

Inauguration le Samedi 29 septembre 2012

MEMORIAL NATIONAL DES HARKIS-JOUQUES

 Farid MOUSSAOUI,  Président de  « Mémoires des Harkis de l’Eure »  à déposé une gerbe au nom des Harkis de Louviers (27)

Visualisez le diaporama en « Plein écran »

Visualisez la Vidéo du Camp de Logis d’Anne à Jouques (13)

Liens de Sites Internet

http://www.harkisdordogne.com/

https://www.rassemblement-harki.net/

Discours aux Familles de Harkis

Discours du Maire de Fréjus –http://memoires-des-harkis.fr/wp-content/uploads/2019/04/DISCOURS-D.-RACHLINE-26-MARS-2019-1.pdf

Discours du Maire de Béziershttp://www.ville-beziers.fr/14190-2/

Laisser un commentaire