Accueil

COMMUNIQUE

Bonjour les Harkis!!!

Extrait de la Position d’Ajir France pour les Harkis

Intervention de Mohand HAMOUMOU,Président d’Ajir France à l’Occasion de l’Hommage aux Harkis

Compte rendu de la réunion de Toulon, 20 novembre 2021

Samedi 20 novembre s’est tenue à Toulon une réunion organisée par Rabah Boufhal, Président délégué de l’UHAS Var et Ali Amrane, résident du Collectif des associations de Harkis des Alpes Maritimes avec la participation de Madame Geneviève LEVY, députée et Mohand Hamoumou, Président d’AJIR France et une vingtaine de président-e-s
d’associations ou délégué-e-s départementaux AJIR.

Une soixantaine de personnes ont échangé de manière constructive sur la loi votée jeudi dernier en première lecture à l’Assemblée nationale. Ils ont noté des avancées (reconnaissance même partielle de responsabilité dans l’abandon, doublement de l’allocation mensuelle) et dénoncé les insuffisances choquantes de cet texte, déplorant le refus de la part du Gouvernement de la plupart des amendements proposés par AJIR et d’autres associations ou partis politiques de tous bords
.
Suite à un travail en sous-groupes, ils ont réaffirmé les modifications prioritaires attendues :


· Il est indispensable d’avoir une commission indépendante sur le modèle de la CIVS ou d’autres commissions.

· Cette commission doit être composée de magistrats et experts sans exclure la composante harkie

· Refus catégorique d’exclusion du champ de la réparation des personnes non passés par des structures listées dans le texte. Le cas de tous les Harkis doit être étudié par la commission.

· Tous les préjudices doivent être évalués, pas seulement la privation de liberté dans les camps.

· La réparation doit être différenciée selon les situations mais motivée et décente pour tous.


· La possibilité de sanctionner les injures envers les Harkis doit être réelle ; les associations doivent être autorisées à engager des poursuites.

· Les veuves, orphelins et femmes divorcées ne doivent pas être oubliés Il a été décidé :

· D’envoyer à tous les Sénateurs des amendements pour rendre ce texte acceptable et conforme à une logique de réparation digne de ce nom.

· D’inviter les adhérents à demander à rencontrer leurs Sénateurs


Par ailleurs, il sera proposé au Conseil national d’arrêter d’autres formes d’actions telles que par exemple :

· Ecrire au Président de la République


· Organiser une réunion plus large de Présidents d’associations avant le vote du Sénat pour un communiqué commun et une conférence de presse.

Association Ajir Auvergne, Président Tailffour MOHAMED

Article de « La Montagne » du vendredi 5 novembre 2021De Mohand HAMOUMOU, Président d’Ajir France pour les Harkis.

Lundi 22 Novembre 2021 à 15h45, l’Association « Mémoires des Harkis de l’Eure », Adhérente d’AJIR France, a été reçue par Didier MARIE, Sénateur de Normandie (Elbeuf – 76)

Belle Réunion à Toulon, Samedi 20 novembre 2021

(Lien pour accéder au Site AJIR France)

TRÈS BELLE REUNION DE TRAVAIL et INFORMATION D’AJIR-FRANCE…A TOULON organisée d’une main de maître par Rabah Boufhal, Momo Sami et Abdel Boumahza…responsables d’association des Harkis du Var…Auxquels, un hommage leur a été rendu pour la qualité de l’accueil et de l’organisation…J’invite tous mes Compatriotes et Amis Harkis, à les rejoindre…ils méritent votre confiance !Une association dynamique Varoise, qui s’est distinguée par son esprit d’equipe, et une solidarité exemplaire à l’image de son président Rabah Boufhal et son staff !En présence de Mme Levy, députée du Var…Une réunion placée sous la présidence de Mohand Hamoumou, Mohamed Haddouche, Rabah Boufhal et Ali Amrane…un rappel de la loi débattue à l’assemblée nationale sur la Reconnaissance et la Réparation des préjudices subis par les Harkis.Et différentes propositions d’amendements, autour de plusieurs tables rondes, qui feront l’objet d’une synthèse présentée au Conseil National d’Ajir France…Nous reviendrons sur les comptes rendus de clôture de ces travaux…Compte rendu et photos : Jean Pierre BeharVice-président départemental du Collectif Harkis des Alpes-Maritimes ;Président des Harkis et Amis de Mouans-Sartoux

Intervention de Monsieur Mohand HAMOUMOU, Président d’Ajir France pour les Harkis sur Sud Radio le vendredi 19 Novembre 2021 à 17H30

Harkis : Est-ce trop tard pour faire une loi de réparation ?

Les Vraies Voix avec Céline Pina, Aurore Boyard, Philippe Bilger et Mohand Hamoumou, président national de « AJIR pour les harkis» (Association Justice Information Réparation) et «auteur du livre « Et ils sont devenus harkis ».

Harkis : Adoption du projet de loi en 1er lecture à l’Assemblée Nationale

L’’hémicycle de l’Assemblée Nationale

Assemblée Nationale du jeudi 18 novembre 2021 : débats sur le projet de loi sur les Harkis Sur 577 députés dans l’hémicycle, une cinquantaine des députés présents. Tous les amendements demandés par les associations de Harkis ont été rejetés. Qui aurait cru que les extrêmes nous auraient défendu ? Les Insoumis : Alexis Corbière, François Ruffin. LR : Julien Aubert et Non-inscrit : Emmanuelle Ménard. Les Harkis de Normandie sont énormément déçus. Double peine…..

Lundi 15 Novembre  2021 à 13h45, l’association « Mémoires des Harkis de l’Eure », adhérente d’AJIR France, a été reçue  par la députée de LREM de l’Eure Marie Tamarelle-Verhaeghe, (3e circonscription – Pont-Audemer).

Projet de loi de réparation : la démarche constructive d’AJIR pour les Harkis

Venez Nombreuses et Nombreux à Toulon

L’Association « Mémoires des Harkis de l’Eure » était bien présente ce matin à Paris.

Le Président de la République Emmanuel MACRON a commémoré les morts pour la France et le 103ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre  1918  avec  La Vice-Présidente des États-Unis d’Amérique Kamala HARRIS

La France rend un dernier hommage au Compagnon de la Libération Hubert Germain

Commission de la défense : Reconnaissance de la Nation et réparation des préjudices subis par les harkis

Mercredi 10 novembre 2021

(Cliquer pour Accéder aux débats, Merci).

Mardi 09 novembre 2021

Commission de la défense : Mme Geneviève Darrieussecq, Ministre déléguée auprès de la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants

(Cliquer pour Accéder aux débats, Merci).

Belle réunion à Dreux

Mohand HAMOUMOU, Mohamed HADDOUCHE et Jacues ALIM

Samedi 06 Novembre 2021 (Lien pour accéder au Site AJIR France)

150 personnes ont répondu à l’invitation d’AJIR France pour réunion

d’information et d’échange sur le projet de loi de reconnaissance et de

réparation pour les Harkis qui sera soumis au vote des députés le 18 novembre 2021.

En plus de très nombreux Drouais, on notait la présence de personnes venues de loin comme Nora Forte, déléguée régionale Paca, ou des adhérents de Colmar, La Ciotat, Orléans, Roubaix, Chalons sur Marne, Rouen, Louviers et Paris.

Dans une salle bondée et devant un public attentif, Mohamed Haddouche, Président du Fonds pour la Mémoire des Harkis a d’abord présenté l’association AJIR, implantée aujourd’hui dans une quarantaine de département, structurée avec des délégations régionales et des référents départementaux.

 AJIR France fédère une trentaine d’associations représentant plus d’un millier d’adhérents.

Mohand Hamoumou, Président d’AJIR a ensuite expliqué l’importance et l’intérêt de cette loi qui reconnaît enfin la responsabilité de l’Etat mais il a pointé aussi ses lacunes et faiblesses en reprenant les propos tenus devant la commission de la Défense à l’Assemblée nationale

Le Président d’AJIR a dit sa satisfaction de voir que le Président de la

République Emmanuelle Macron a répondu favorablement à la demande d’AJIR et du FNRH de doubler l’allocation de reconnaissance.

En revanche, AJIR a redit son désaccord ferme avec une exclusion à priori de toute réparation des personnes qui ne sont pas passées par les structures listées de manière restrictive et sans concertation.

Après échange, il a été décidé que les adhérents d’AJIR interpelleraient leurs parlementaires pour leur demander de déposer des amendements afin d’améliorer cette loi.

AJIR enverra un texte à cet effet.

Le Président d’AJIR à l’Assemblée Nationale

Le Président d’AJIR Mohand HAMOUMOU à l’Assemblée Nationale

Article publié le 08/11/2021

Mohand Hamoumou, Président national d’AJIR, a été auditionné par la Commission Défense de l’Assemblée Nationale le jeudi 4 novembre 2021. 

Ci-dessous la déclaration de Mohand Hamoumou devant les député(e)s de la commission (seul le prononcé fait foi)

Madame  la Présidente,  Mesdames, Messieurs les députés

En préambule, permettez-moi quelques éléments pour situer à quel titre j’ai honneur de m’adresser à vous aujourd’hui.

Je suis Président d’AJIR pour les Harkis, Association Justice, Information, Réparation, qui fédère plus de 30 associations  dans 40 départements. Je parle au nom de ces 30 associations adhérentes à AJIR et de leurs 1150 adhérents.

Aucun de nous 4 ici présents, ni aucune autre personne,  ne peut prétendre parler au nom de l’ensemble des Harkis de France. Mais nous essayons tous les 4 de parler dans l’intérêt de tous.

Ce moment est l’aboutissement d’une démarche engagée il y a 9 mois. AJIR avait demandé en février un rendez-vous avec le Président de la République car nous n’étions pas satisfaits du rapport Stora qui passait les Harkis sous silence. Nous avons été reçus longuement le 10 mai à l’Elysée. J’avais préalablement remis une note expliquant l’importance d’une loi de réparation. Le discours du 20 septembre et ce projet de loi en sont une suite.

Nous allons prêter notre voix à ceux qui ne peuvent s’exprimer car ils sont morts où qu’ils n’auront pas l’occasion de s’exprimer devant vous. Mais nous regrettons un manque de vraie concertation. Nous avons été consultés mais pas associés à la rédaction de ce texte que nous avons découvert seulement cette nuit.

Ce projet de loi est un texte très important, pour les Harkis et  pour  le pays.

Je vais en quelques minutes, en souligner d’abord l’importance et l’originalité, puis pointer des manques et des imprécisions ; enfin vous soumettre des pistes d’amélioration pour limiter les déceptions.

D’abord son importance. Cette loi  grave dans le marbre d’une loi la responsabilité de l’Etat vis-à-vis des Harkis. Les 3 Présidents  précédents, de droite comme de gauche, ont reconnu, plus ou moins explicitement, l’abandon des Harkis et les conditions indignes d’accueil de ceux arrivés en métropole. Mais aucun ne l’avait acté dans une loi. Le Président actuel a eu ce courage. Comme celui de demander pardon aux Harkis abandonnés.

Cela permet de passer de la solidarité à la réparation, du social à la justice. Ce qui est demandé depuis longtemps.

Ainsi (pour) la réparation ce qui sera accordée ne sera pas un cadeau mais un dû, un droit, en compensation des dommages subis. Quel que soit le montant, il restera symbolique car  aucune indemnisation financière ne peut réparer certaines souffrances ni les rêves brisés.  Dalila vous parlera de la vie au camp de Bias.

Les Harkis ne quémandent rien; ils demandent simplement une juste réparation des préjudices et traumatismes subis  à cause de l’attitude irresponsable des représentants de l’Etat.

Important, ce texte de loi l’est aussi pour notre République toute entière. En reconnaissant sa responsabilité, et en payant sa dette,  elle renoue avec ses valeurs d’égalité et de fraternité.

Ensuite, il faut souligner des manques et imprécisions

La réparation suppose un ou des préjudices à réparer et un responsable du dommage. Ce qui est fait ici.

Mais la responsabilité reconnue n’est pas complète. Elle se limite au « délaissement »  dans les structures de relégation où ils furent coupés des autres citoyens, enfermés, cachés comme pour ne  plus voir ceux dont la présence rappelait les promesses de protection bafouées, les valeurs républicaines piétinées,  les Droits de l’Homme oubliés.

La responsabilité quant au refus de rapatrier,  ou de porter assistance à ceux qui étaient menacés, cette responsabilité-là, reconnue par tous les Présidents, attestée par les télégrammes des 12 et 16 mai 1962, n’est pas dans la loi. Elle est importante car après le cessez-le-feu, qui ne cessa que d’un côté, les personnes emprisonnées qui purent regagner la métropole sont rarement passées par les camps. N’ont-elles pas, elles aussi, droit à réparation ? Serge l’a illustré avec émotion.

Les préjudices visés par cette loi se limitent à la privation de liberté et à l’inégalité des chances pour les enfants scolarisés en vase clos. On aurait pu y ajouter des atteintes à la dignité, voire la spoliation d’une partie de leurs allocations. Ces préjudices ont le mérite d’être faciles à identifier : passage ou non par ces structures. Ils sont réels même si ils diffèrent entre les camps  et les Hameaux. Pour autant on ne peut pas par équité considérer, à priori, que les personne non passée par les camps n’ont pas subi de traumatisme. Il y a eu en France des assassinats de Harkis, du racket, plusieurs années après 1962. Et faute d’aide, beaucoup vécurent dans des logements plus insalubres et aussi ghettos que les hameaux de forestage. Qui dit réparation dit évaluation des préjudices pour tous, presqu’au cas par cas, ou par grande catégorie. Cela doit être le rôle de la commission nationale dont on ne sait rien hélas.

Pour conclure, quelques pistes d’améliorations et rappels des demandes des associations et personnalités adhérentes à AJIR :

  1. Priorité absolue aux anciens, la  génération qui a pris des risques et souffert du déracinement, comprenant les supplétifs, et leurs épouses, incluant veuves ou femmes divorcées.
  2. Faire de la commission une vraie commission d’évaluation des préjudices. Tous les parents et les enfants, qu’ils soient passés par un camp ou non, doivent pouvoir s’ils le souhaitent présenter leur cas devant cette commission qui décidera s’il y a un préjudice avéré en lien avec l’abandon ou le délaissement. Cette commission ne doit pas se cantonner à recueillir des récits de vie. Cela l’Onac ou le Mémorial de Rivesaltes le font déjà
  3. Introduire dans la loi le terme abandon. Entre avril et Octobre c’est  bien un abandon qui est décidé avec  un rapatriement de tous Français Musulmans menacés, ni prévu, ni voulu.
  4. L’Etat ne doit plus opposer la prescription quadriennale. Cette loi doit prévoir que toute personne qui aura reçu une proposition de réparation disposera d’un délai de 2 ou 3 ans pour saisir les tribunaux.
  5. L’allocation de reconnaissance doit être doublée  et portée  à 500 euros par mois, pour les supplétifs vivants et leurs veuves le cas échéant.
  6. Pour les enfants qui sont restés longtemps dans les camps, souvent sans formation, et qui de ce fait n’ont pas toujours trouvé du travail, il conviendrait d’aider au rachat des trimestres manquants
  7. Le Fonds social actuel, parce que social, doit être basé sur des critères sociaux et non de passage par les camps
  8. Un comité d’histoire devrait être constitué au sein d’une fondation pour l’histoire et les mémoires des Harkis au sens générique du terme.
  9. Les familles d’anciens Harkis restés en Algérie et  qui souhaitent venir en France voir leur famille, doivent avoir des visas en priorité

En conclusion, il faut rappeler aussi  que s’il n’y a pas eu encore de réparation au sens de cette loi, il y a eu des aides sociales et des gestes de reconnaissance. Ainsi, la réparation n’implique pas de tomber dans la « surenchère victimaire » ou l’apitoiement.  Car la grande majorité des Harkis et leurs enfants, à force de travail, ont des situations normales et parfois enviables. Mais la réussite des enfants – grâce aux sacrifices des parents – n’efface pas les préjudices subis et donc le droit à réparation quelle que soit leur situation.

Pour terminer, j’espère Mesdames Messieurs que vous convaincrez tous vos collègues de ne pas faire de cette loi un sujet de polémique politicienne.  Il s’agit d’une dette morale de la Nation. C’est ensemble qu’il faut l’assumer et l’honorer. Parce, pour paraphraser Clémenceau, « les Harkis ont des droits sur vous ».

Il est des lois qui doivent transcender les oppositions partisanes, même en période électorale.  

Il est des lois qui doivent être votées en tant que citoyen et non en tant que militant.

Cette loi est (de) celles-là, de celles qui redonnent de la fierté  et un supplément d’âme à notre République.

Merci pour votre écoute.

Jeudi O4 Novembre 2021

Audition de représentants de harkis

(Cliquer pour Accéder aux débats, Merci).

Commission de la défense : Mme Véronique Peaucelle-Delelis et M. le préfet Dominique Ceaux sur le rapport « Aux harkis, la France reconnaissante » ; Audition de représentants de harkis.

Mémoires des Harkis reçu à l’Assemblée Nationale Mardi 02 Octobre 2021 par Madame Séverine GIPSON, Députée de l’Eure et Membre de la commission de la Défense nationale et des Forces armées.

Vidéo de la Garde Réplucaine à l’Assemblée Nationale

Venez Nombreuses et Nombreux à Dreux

Article de presse du Monde, publié le 09 Octobre 2018

La République et les Harkis : il n’est jamais trop tard pour bien faire.  

Mohand Hamoumou, professeur à Grenoble à Ecole de Management, psychologue clinicien, docteur en sociologie revient sur la longue et chaotique histoire de la reconnaissance des Harkis par la République.

Article de presse du Monde, publié le 09 Octobre 2018

La République et les Harkis : il n’est jamais trop tard pour bien faire.  

Mohand Hamoumou, professeur à Grenoble à Ecole de Management, psychologue clinicien, docteur en sociologie revient sur la longue et chaotique histoire de la reconnaissance des Harkis par la République.

Vendredi 29 Octobre 2021

Mémoires des Harkis reçu par les députés LREM de l’Eure, Claire O’PETIT (Vernon) et Fabien GOUTTEFARDE (Evreux)

Lundi 20 Septembre 2021 au Palais de l’Élysée

Interview de Bachir REZIGAT, Ancien Harki de Louviers (Normandie) sur Radio Nova, Paris

(Cliquer pour Ecouter,Merci).

Micro Perché

Harkis, une vie de fuite

par Radio Nova

publié le 18/10/2021 à 08:44 – Mis à jour le 18/10/2021 à 09:08

Bachir a passé sa vie à errer en repensant au passé, sans trouver la paix, jusqu’à il y a peu.

Le 20 septembre dernier, le Président de la République, Emmanuel Macron, présentait ses excuses aux Harkis pour leur traitement en France, discriminés et « privés de leurs libertés fondamentales ». Il leur a promis une loi de « reconnaissance et de réparation ». Les harkis sont des algériens qui se sont engagés aux côtés des militaires français pendant la guerre d’Algérie, entre 1954 et 1962.
Presque un mois après, Bachir Rezigat, l’un des derniers soldats harkis encore en vie, revient sur une vie difficile de luttes, d’abandon et de quête de citoyenneté. Il a enfin trouvé la paix d’âme avec le discours d’Emmanuel Macron.

Venez Nombreux, Nombreuses Pour Notre Maman à Toutes et Tous

Tous à Manosque (04)

Mémoires des Harkis reçu par le député LRM de l’Eure B. QUESTEL

Bachir REZEGAT, Le Député Bruno QUESTEL et le Président des Harkis, Farid MOUSSAOUI

Le 14 octobre 2021, l’association Mémoires des Harkis, adhérente d’AJIR, a été reçue longuement par le député de LRM de l’Eure Bruno Questel.

Au cours d’un long entretien de près de 2 heures le président de l’association, Farid Moussaoui, a exposé les attentes des Harkis à propos de la loi de réparation en préparation.

Il a notamment insisté sur la population concernée par cette loi qui doit s’appliquer à tous les Harkis qu’ils soient passés par un camp, un hameau de forestage, une cité urbaine ou pas.

Si les Harkis sont décédés la réparation doit être reportée sur leurs enfants… 

Farid Moussaoui a insisté aussi sur l’enfermement des enfants dans des camps et leur scolarisation sur place au mépris des lois de la république.

Le discours du président de la république du 20 septembre dernier a été sans ambiguïté : la réparation doit concerner l’abandon des Harkis en Algérie et ses conséquences sur les Harkis et leurs familles qu’elles soient passées par les camps ou pas.

Pour les enfants il s’agit de réparer les années d’enfermement, la scolarisation en vase clos et la perte de l’égalité des chances qu’assure l’école de la République.

Farid Moussaoui a évoqué ensuite les problèmes spécifiques des Harkis de l’Eure que le député s’est engagé à inviter à l’Assemblée Nationale pour les débats relatifs à la future loi.

Loi de reconnaissance et de réparation : c’est parti !

(Cliquer pour Accéder à l’article ,Merci).

Hommage à notre Grande Sœur Zohra

Article publié le 08/10/2021 par Ajir France

Nous avons appris avec une immense  tristesse le départ prématuré de Zohra Benguerrah emportée par la maladie…

Zohra Benguerrah, depuis très longtemps militante de la cause Harkie et déléguée régionale d’AJIR Occitanie, nous a quitté dans la nuit du 7 au 8 octobre 2021 emportée prématurément par la maladie. Tous ceux qui l’ont connue sont bouleversés. 

Nous saluons sa mémoire et son dévouement sans faille dans la lutte pour obtenir la reconnaissance de la responsabilité de la France dans l’abandon et l’accueil indigne des Harkis.

A sa famille, AJIR et l’ensemble de ses adhérents présentent leurs sincères condoléances et expriment leur solidarité et leur soutien face à cette terrible épreuve.

Qu’elle repose en paix.

Article de presse du « Paris Normandie »

Monsieur MORSLI, Ancien Harki de Louviers et Farid MOUSSAOUI, Président de l’Association « Mémoires des Harkis de l’Eure« .

(Cliquer pour Accéder à l’article ,Merci).

Article de presse « La Dépêche »

Article « La Dépêche » jeudi 30 septembre 2021

(Cliquer pour Accéder à l’article ,Merci).

Extrait de l’interview d’Eric ZEMMOUR avec Ruth ELKRIEF sur la Chaîne LCI, lundi 27 septembre 2021 concernant les Harkis.

Discours à l’Élysée de Mohand HAMOUMOU, Président d’Ajir France pour les Harkis

Débat sur France24 avec Mohand HAMOUMOU, Président d’Ajir France pour les Harkis
Mohand HAMOUMOU, Président d’Ajir France
Une partie de l’équipe de l’association Ajir pour les Harkis

Discours d’Emmanuel MACRON, Président de la République aux Harkis, lundi 20 septembre 2021 à l’Élysée.

(Cliquer sur le Lien pour Accéder au discours,Merci).

Galerie Photos

Demande de pardon aux harkis : « Les anciens ne s’y attendaient plus », réagit un représentant normand

Mis en ligne le 20/09/2021 à 18:56

Lundi 20 septembre 2021, le président de la République a, au nom de la France, demandé pardon aux harkis et a annoncé une loi de réparation. Le Lovérien Farid Moussaoui, représentant d’associations de harkis, a assisté au discours d’Emmanuel Macron. Il réagit.

« Aux combattants, je veux dire notre reconnaissance ; nous n’oublierons pas. Je demande pardon, nous n’oublierons pas. » « Nous sommes très touchés » par ces mots d’Emmanuel Macron, réagit Farid Moussaoui, habitant à Louviers, dans l’Eure, membre du conseil national de l’Association justice information réparation (Ajir) pour les harkis et président de l’association Mémoires des harkis. Il était à l’Élysée lundi 20 septembre 2021, comme environ 300 harkis, descendants et représentants d’association, lorsque le président de la République a demandé pardon, au nom de la France, aux harkis, auxiliaires musulmans ayant combattu aux côtés de l’armée française durant la Guerre d’Algérie.

« Un moment fort en émotion »

« C’était un moment fort en émotion. Il y a eu des larmes. Les anciens n’y croyaient plus. J’aurais voulu que mon père, qui a servi pour la France, soit là. C’est pour lui que je mène ce combat depuis plus de vingt ans », témoigne Farid Moussaoui qui était accompagné par deux harkis, eux aussi de Louviers.

Emmanuel Macron a aussi annoncé un projet de loi de « reconnaissance » et de « réparation » envers les harkis. Une demande qui était portée par l’Ajir. L’association demande que la rente viagère versée aux anciens combattants soit doublée « passant ainsi à 500 euros. Il faudrait que cela soit fait rapidement car les anciens ont plus de 80 ans ». Ceux-ci sont entre « 3 000 et 3 500 ».

Cette loi doit aussi apporter réparation aux enfants de harkis  : «   il faut un geste   », souligne Farid Moussaoui avant d’évoquer ceux qui ont vécu dans des camps de transit et de reclassement où les conditions de vie étaient indignes.

Près de soixante ans après la fin de la Guerre d’Algérie, le combat pour la reconnaissance des harkis est peut-être enfin bientôt fini.

A la veille du 25 septembre, retour sur la réunion du 10 mai..

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Harkis : Lettre ouverte au Président de la République

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Un nouveau fonds d’indemnisation va être ouvert pour les harkis

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Week-end enrichissant à Riom (Puy-de-Dôme) de l’association Ajir France pour les Harkis

Nous tenons à remercier Monsieur Taiffour MOHAMED, Président d’Ajir Auvergne pour les Harkis d’avoir contribué à la réussite de la visite au Camp du Cimetière des Enfants de Bourg-Lastic (63), samedi 11 septembre 2021

Journée matinale au camp du cimetière des enfants de Harkis à Bourg-Lastic(63)

Réunion du Conseil National d’Ajir France pour les Harkis à Aix en Provence(13), en Juin 2021

Réunion Ajir France

Programme de l’assemblée générale et de la convention nationale des associations de Harkis

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Assemblée Générale AJIR France & Convention Nationale

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Bonne fête de Laïd

Réunion Nationale AJIR-France des 12 et 13 juin à Aix-En-Provence (compte rendu)

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Les Harkis ne demandent pas un cadeau d’anniversaire mais vérité et justice!

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Tribune dans le JDD de 33 députés LR : Réponse du Président national d’ AJIR

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Compte rendu

Réunion Nationale AJIR-France des 12 et 13 juin à Aix-En-Provence

(Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Réaction de Mohand HAMOUMOU, Président – Fondateur d’Ajir France pour les Harkis, le Lundi 05 Juillet 2021 sur la chaîne RT France.

Une délégation d’Ajir France pour les Harkis s’est rendue à Evian le Jeudi 18 mars 2021.

Extrait de Mohand HAMOUMOU, Président d’Ajir France pour les Harkis dans l’émission télévisée de Jean-Marc MORANDINI.

Vidéos du Séjour à Verdun Organisé par Le Président Abdelkader HAMOUMOU d’Aix en Provence. (Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Photos du Séjour à Verdun Organisé par Le Président Abdelkader HAMOUMOU d’Aix en Provence. (Cliquer sur le Lien pour Accéder Merci).

Article de presse du journal « La Provence » le Dimanche 08 Août 2021

Réunion à l’Élysée avec le Président de la République Emmanuel MACRON et Le Président d’Ajir France pour les Harkis Mohand HAMOUMOU, le Lundi 10 mai 2021.

Bienvenue à Mémoires des Harkis !

Si vous êtes arrivés jusqu’à nous c’est que vous êtes des gagnants ! Trait d’humour bienvenu, c’est la question Harkie qui vous a intrigué et vous voulez en savoir plus. Nous sommes là pour vous accompagner dans vos recherches et vous donner toutes les informations et les connaissances que nous avons à notre disposition et que nous vous soumettons avec le plus grand plaisir, chers Amis. Si vous vous êtes perdu dans les dédales de l’Histoire, et que vous ne savez plus où est le chemin des Harkis, nous sommes là pour vous l’indiquez car dans l’espace-temps politico-médiatique tout a été fait pour que l’Histoire tragique et douloureuse vous soit caché. Pour effacer un crime, il faut le faire oublier des mémoires des vivants pour que les morts ne parlent plus et se taisent à jamais. Mais si les Morts ne parlent plus, ou pire que nous ne les entendons plus, les fantômes eux, ceux du Passé crient leur détresse et leur peur, celui d’être oublié à jamais. Ô à toi Jeanne d’Arc, toi qui savait que le tombeau des morts se trouvent dans le cœur des vivants. Seuls ceux qui ont des yeux pour voir sauront trouver la lumière au bout du tunnel. Car lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. Oui les Harkis sont dans le Noir depuis leur exil il y a plus de 50 ans. Comment savoir où aller lorsque nous ne savons pas d’où venons. Ce site est là pour vous, pour tous ceux qui ne savent pas, qui n’ont pas appris, à qui l’on n’a pas transmis, mais qui ont soif de connaissance et de savoir, qui ont soif de dignité et de respect. Mes chers amis, venez et entrez, cliquez et découvrez et marcher sur les pas de vos aïeux, de vos ancêtres, de vos frères et sœurs, de tous ceux qui ont une histoire personnelle et familiale et qui souhaitent la délivrer à leurs semblables et à ceux qui ont terriblement souffert, un dialogue d’une souffrance à une autre. Maintenant  c’est à vous de décider, de savoir ou de ne pas savoir, de dire ou de ne pas dire mais si dans certains cas, la parole est d’argent et le silence est d’or, dans le cas des Harkis la parole est vitale car il y a des silences qui tuent. Alors libérez la parole en vous exprimant dans votre site et liez vous les uns aux autres par notre intermédiaire car ce site n’a qu’un seul but ultime celui de lier les Hommes entre eux dans la Paix et la Fraternité. Soyez heureux et regardons ensemble dans la même direction, vers l’avenir, celui des générations à venir pour que ne plus jamais cela.

Mohand HAMOUMOU, ancien Maire de Volvic, professeur à Grenoble École de Management. Auteur d’ouvrages et articles sur la guerre d’Algérie

Le Président Macron a confié à Benjamin Stora une mission sur les pistes d’amélioration des relations entre l’Algérie et la France, provoquant questionnements et inquiétudes eu égard au passif et à la guerre des mémoires.

Pourtant, même si la vigilance s’impose, apaiser et renforcer les relations entre la France et l’Algérie est une nécessité stratégique car ces deux pays sont liés autant par une partie de leur histoire que par des intérêts communs de coopération économique et géopolitique. Cela implique que chacun commence par assumer toute son histoire nationale, sans la réinterpréter hors contexte à des fins de politique intérieure mais avec la volonté sincère et partagée de privilégier l’avenir.

J’ai développé cette réflexion dans une tribune publiée aujourd’hui (10 sept 2020) par le journal La Croix.

ARTICLE DU JOURNAL  » LA CROIX«  ( Cliquer sur le lien pour accéder à l’article, merci).

Samedi 20 Juin 2020

RENDONS HOMMAGE AUX ENFANTS DE HARKIS MORTS ENTRE JUIN ET SEPTEMBRE 1962 AU CAMP DE BOURG-LASTIC (63) AUVERGNE. EN CETTE PÉRIODE DE RAMADAN 2021. QU’ILS REPOSENT EN PAIX.

Laisser un commentaire